Aller au contenu principal

C'est la question de l'inégalité qui m'a convaincu qu'il était temps d'écrire quelque chose sur les constellations de satellites LEO d'offres de détail. À l'heure actuelle, il n'existe que deux constellations de satellites LEO d'offres de détail, destinées directement aux consommateurs : Starlink et le projet Kuiper (un projet similaire financé par Jeff Bezos). Le projet Kuiper en est à un stade beaucoup plus précoce, mais il a les mêmes aspirations. Ce n'est certainement pas une coïncidence si ces deux projets sont financés par les deuxième et troisième personnes les plus riches de la planète. Ces constellations  représentent l'aboutissement de la mondialisation et du capitalisme. Il s'agit d'un fournisseur mondial de services internet qui investit le moins possible dans les pays où il opère. Lorsque vous connectez cette antenne Starlink, ce ne sont pas seulement des données qui s'envolent dans le ciel, c'est de l'argent liquide. Les dirigeants de SpaceX ont clairement indiqué qu'ils considéraient Starlink comme une vache à lait pour financer les missions vers Mars. On peut considérer que chaque terminal Starlink envoie des dollars dans le ciel et dans la poche d'Elon Musk. Cette description est peut-être un peu hyperbolique. Les clients de Starlink doivent en effet payer des taxes nationales sur les biens et les services pour leur service internet, mais le fait est que Starlink investit le moins possible dans les pays où elle opère.

De plus en plus d'économistes appellent à des stratégies qui créent des économies locales florissantes avec des flux circulaires locaux de biens et de services. Starlink en est presque l'antithèse. Cela nous ramène à la citation ci-dessus de Kentaro Toyama sur la façon dont la technologie peut amplifier l'inégalité. Imaginons une ville rurale dans laquelle les inégalités existantes font qu'il n'y a que 10 à 20 personnes sur quelques milliers qui disposent de ressources suffisantes pour payer un terminal Starlink et son abonnement mensuel. Lorsque Starlink devient disponible, ces personnes s'abonnent avec empressement, en s'acquittant volontiers des frais d'expédition ou des suppléments. En tant qu'heureux clients de Starlink, ils peuvent ou non partager l'accès avec d'autres habitants de la ville, mais ce partage sera limité par l'accès au WiFi. Vous pouvez vous dire qu'il s'agit quand même d'un point positif net. Starlink a fourni un accès à certains. Mais c'est là que le bât blesse. Starlink a également réduit au silence ceux qui pourraient être les voix les plus fortes pour demander au gouvernement d'étendre l'infrastructure à haut débit à l'ensemble de leur communauté.

Au Rwanda, le gouvernement a annoncé qu'il offrirait des connexions Starlink à 50 écoles. Le Mozambique est allé plus loin en annonçant des connexions Starlink pour 300 écoles. En ne ciblant que les écoles, ils manquent l'occasion d'aborder la connectivité de manière holistique pour les communautés. Il est curieux de constater que 97 % de la population rwandaise vit à moins de 25 km d'un point de présence de fibre optique. En étendant l'infrastructure de fibre optique aux communautés dans lesquelles ces écoles sont situées, le gouvernement pourrait tirer parti de l'infrastructure existante et construire une solution plus durable, plus inclusive et à plus long terme.

L'impact de Starlink est pire que la simple célébration de l'individualisme. Pour comprendre pourquoi, je me tourne vers Tony Atkinson, économiste et pionnier de l'étude des inégalités et de la pauvreté. Dans son livre intitulé "Inequality - What can be done" (Inégalités - Que peut-on faire ?), il formule 15 propositions pour lutter contre les inégalités. Sa toute première proposition porte sur la question du changement technologique. Il déclare :

“Proposition 1 : L'orientation du changement technologique devrait être une préoccupation explicite des décideurs politiques, encourageant l'innovation sous une forme qui augmente l'employabilité des travailleurs et mette l'accent sur la dimension humaine de la fourniture de services.”

Les technologies peuvent améliorer la vie des gens ou les affaiblir en permettant la concentration du pouvoir et des richesses. Nous avons le choix en matière de technologie et nous devons réfléchir au "comment" et au "quoi" lorsqu'il s'agit des technologies internet. En dehors d'une connexion internet, Starlink ne crée aucune valeur locale. Les terminaux Starlink sont conçus pour être prêts à l'emploi et ne nécessitent aucune assistance technique. À première vue, il s'agit d'une caractéristique merveilleuse. Cependant, il faut tenir compte des emplois perdus par les installateurs d'équipement et du tremplin que représente le métier d'installateur pour des emplois plus exigeants. De même, le terminal Starlink est une boîte noire. Il n'y a absolument aucune pièce réparable par l'utilisateur, et donc aucune industrie locale de réparation. L'internet ne doit pas être une boîte noire. Les technologies internet doivent être faciles à utiliser, mais elles doivent aussi permettre de soulever le couvercle et de comprendre leur fonctionnement. Elles doivent s'intégrer dans un écosystème complémentaire de technologies d'accès et alimenter le développement des compétences et l'économie complémentaire.

Nous pouvons comparer cela à la technologie de la fibre optique qui a générées plusieurs industries complémentaires, des entreprises de travaux publics qui creusent des tranchées aux techniciens qui soudent les fibres sur le terrain, en passant par la fabrication proprement dite de câbles à fibres optiques sur le continent. Il existe tout un écosystème d'entreprises complémentaires qui travaillent ensemble pour créer de l'emploi et de la richesse au niveau local. Starlink, en revanche, est la technologie d'extraction par excellence. C'est le pire des colonialismes technologiques.

Qu'en est-il de la souveraineté nationale ?

Enfin, on peut s'interroger sur le fait que Starlink soit autorisé à remplir le ciel de satellites en orbite qui passent au-dessus de tous les pays de la planète, sans que ces derniers n'aient leur mot à dire. Il y a aujourd'hui plus de satellites Starlink en orbite que de tous les autres satellites réunis. En l'absence de tout cadre réglementaire efficace, dans l'espace le premier arrivé est le premier servi. Starlink espère clairement créer un cadre réglementaire de facto simplement en étant présent, en considérant qu'il est plus facile de demander pardon que de demander la permission.

En ce qui concerne la gestion du spectre radioélectrique, chaque pays est souverain pour gérer les ondes dans le ciel au-dessus de son pays. En tant que membres de l'Union internationale des télécommunications (UIT), un organisme de l'ONU qui négocie des accords entre les pays sur l'utilisation du spectre radioélectrique, les pays n'agissent généralement pas de manière unilatérale, mais ils peuvent le faire. Les ondes leur appartiennent.

La question de la souveraineté nationale et de l'espace n'est pas nouvelle. En 1976, un certain nombre d'États équatoriaux ont tenté d'affirmer leur souveraineté sur les orbites géostationnaires des satellites qui survolent leur pays. La déclaration de Bogota, comme on l'appelle, affirmait le droit des "peuples et des nations à la souveraineté permanente sur leurs richesses et leurs ressources naturelles" et qu'ils considéraient "l'orbite géostationnaire comme partie intégrante de leur territoire souverain". La déclaration de Bogota était une réponse au traité sur l'espace extra-atmosphérique élaboré près d'une décennie plus tôt, qui déclarait que l'espace devait être librement exploré et utilisé par toutes les nations. En fin de compte, la déclaration n'a pas abouti, mais elle a mis en lumière la question complexe de l'accès équitable à l'espace et de son utilisation. Actuellement, seuls dix pays et une organisation intergouvernementale ont la capacité de lancer des fusées dans l'espace. Il s'agit là d'un bémol important à l'idée que l'espace devrait être gratuit pour tous. En tant que ressource rare, le nombre limité de créneaux orbitaux a été dominé par ceux qui avaient l'avantage du premier arrivé.

Aujourd'hui, une situation similaire se dessine pour les satellites LEO. Bien qu'il n'y ait pas de créneaux alloués aux constellations LEO, "l'utilisation intensive de certaines régions orbitales pourrait également entraîner l'exclusion de facto d'autres acteurs, ce qui constituerait une violation du traité de 1967 sur l'espace extra-atmosphérique".

Conclusion

Les constellations massives de satellites LEO pour la vente au détail ne sont peut-être tout simplement pas viables. Elles ont besoin de milliers et de milliers de satellites pour  fournir le haut débit aux clients individuels et pour maintenir le coût de leurs terminaux satellitaires à un niveau bas. Le coût d'entretien de ces grandes constellations nécessite d'énormes capitaux et il n'est pas certain que les marchés de détail pour ce service soient suffisamment importants pour soutenir une, et encore moins deux constellations mondiales de détail en orbite terrestre basse.

Même si elles sont viables, elles ne sont tout simplement pas souhaitables. Elles fourniront des services de manière sélective dans les zones reculées, ce qui soulagera les gouvernements de la nécessité de fournir des solutions haut débit véritablement omniprésentes dans les zones reculées.

Ces mégaconstellations risquent d'exclure de facto tous les pays, à l'exception des plus riches, de la participation aux constellations de satellites à large bande.

Elles sont économiquement déséquilibrées, extrayant de la valeur sans contribuer aux économies locales. Starlink n'investira même pas dans des stations terrestres dans les pays où il ne perçoit pas suffisamment de revenus, ce qui compromet l'avantage tant vanté d'une faible latence.

Nous devons parler de l'espace et de sa réglementation. Les années 1960 ont été marquées par l'internationalisation de l'espace, considéré comme une ressource partagée par tous. Nous pouvons encore y revenir, mais pas si Elon Musk et Jeff Bezos établissent des règles de facto simplement en occupant ce territoire.

 

Article original publié en anglais le 6 novembre 2023 par Steve Song https://manypossibilities.net/2023/11/starlink-and-inequality

Pour cette réédition, il a été divisé en deux parties. Vous pouvez lire la première partie ici.

Photo : Starlink, Adam Zolyak via Flickr (CC BY-NC-ND 2.0 DEED)

 

 

Translated by