Ecole Africaine sur la Gouvernance de l'internet 2016 : Une expérience multidimensionnelle et enrichissante

No votes yet

Par Olga Tsafack-Koloko pour APCNews

01 November 2016

Lors d'une des sessionsLors d’une des sessions
La quatrième édition de l’école Africaine sur la gouvernance de l’internet #AfriSIG2016), Co organisée par l’Association pour le progrès des Communications (APC) et le Nouveau Partenariat pour le Développement Africain (NEPAD), s’est tenue du 11 au 15 octobre 2016 à Durban en Afrique du Sud et a produit 44 lauréats, qui étaient tous engages d’une façon ou d’une autre. Au début de l’école, certains participants avaient des connaissances approfondies sur la gouvernance de l’internet et étaient prêts à partager, tandis que d’autres en savaient très peu à ce sujet et étaient prêts à apprendre.

Cet événement de cinq jours a porté sur le thème de la gouvernance de l’Internet et a fourni un aperçu complet du paysage institutionnel, ainsi que sa corrélation avec les droits humains et le développement, la cyber sécurité, les approches multipartites et les questions émergentes (voir le programme détaillé pour plus d’informations).

Il y avait aussi une partie pratique des leçons appelée le « practicum ». Son but était de donner aux participants une chance de faire l’expérience d’un processus de prise de décision multipartite dans un environnement simulé réaliste, en utilisant les méthodes disponibles, tout en discutant une question d’actualité importante sur la gouvernance d’Internet. Cette année, la question abordée a été les coupures d’Internet. Les participants ont été regroupés au hasard en quatre groupes d’intervenants différents, comme défini par L’agenda de Tunis: Les entreprises, la société civile, le gouvernement et la communauté technique. Chacun de ces groupes devait produire une déclaration initiale, après quoi les quatre déclarations ont été fusionnées – avec l’aide des coaches d‘équipe et du corps d’enseignants – en une seule déclaration, y compris toutes les recommandations des parties prenantes. Cet exercice enrichissant a conduit à la production de la déclaration finale d’AfriSIG 2016 sur une coupure intentionnelle d’Internet.

Selon Avri Doria, coordinatrice du “practicum”, “L’un des ingrédients essentiels à un exercice pratique réussi est le degré auquel les participants s’engagent à jouer les rôles qu’ils jouent dans l’exercice. Cela nécessite souvent des consultations avec d’autres personnes dans l‘école et la recherche en ligne. Ce groupe l’a bien fait. Ils ont utilisé aussi bien l’Internet que les uns les autres pour construire leurs personnages et leurs positions politiques.”

Quelque chose que tous les professeurs ont approuvé était le niveau exceptionnel de l’engagement des participants pendant l‘école – Non seulement en personne, mais aussi en ligne, grâce à leur activité intense sur les médias sociaux au cours de l‘événement. Et les résultats de l’‘apprentissage ont été tout à fait immédiats, étant donné qu’un bon nombre de ces lauréats d’AfriSIG était soit des panélistes, soit des rapporteurs lors de plusieurs sessions du Forum Africain sur la Gouvernance de l’Internet, qui s’est tenu immédiatement après l‘école. Il leur a même été donné une plate-forme pour présenter la déclaration multipartite qu’ils avaient tous produite sur les coupures d’Internet.Les participants pendant un travail de groupeLes participants pendant un travail de groupe

Anriette Esterhuysen, directrice executive d’APC, A souligné ceci à propos de cette école : « AfriSIG est différent de tout autre événement d’apprentissage de gouvernance Internet que je connais. Elle encourage les participants à poser des questions, à penser de façon critique et à ne rien prendre pour acquis. En intégrant l’Echange sur le Genre et la Gouvernance de l’Internet elle met les questions de genre à l’ordre du jour et, en se liant à l’IGF africain, les participants peuvent appliquer leurs connaissances et leur confiance immédiatement en tant que panélistes et rapporteurs dans un forum de politique réelle. Grâce au « practicum », il acquierent une expérience pratique dans la recherche d’un consensus ; l’expérience sur combien il peut être difficile de trouver un terrain d’entente sans perdre de vue vos valeurs et objectifs. AfriSIG est devenue une opportunité de développement de leadership unique.”

Bob Ochieng, Gestionnaire de l’engagement des parties prenantes en Afrique a ICANN, A convenu que « l’école a été très réussie en général avec une classe très active et enthousiaste qui a inspiré professeurs et personnes ressources à raisonner ensembles, ce qui signifie que les délibérations ont été vraiment participatives. J’ai aimé la diversité de la classe non seulement d’un point de vue régional (nord, ouest, régions centrales d’Afrique, etc.), mais aussi du point de vue du genre et des parties prenantes. »

Chenai Chair, de Research ICT Africa, qui était participante de lauréate de l’AfriSIG l’année dernière s’est retrouvée cette année de l’autre cote de la barre comme membre du collège d’enseignants. Elle a fait un travail fantastique en tant que coach d’équipe, assistante d’Avri Doria dans la phase pratique « practicum ». Elle est d’accord avec Avri quant à l’engagement des participants. “J’ai trouvé l’AfriSIG de cette année une classe pleine de gens prêts à apprendre sur la gouvernance Internet, à élargir et à partager les connaissances qu’ils avaient également sur la gouvernance de l’Internet. Ils ont vraiment pris part aux séances de façon critique. Je pense qu’ils ont vraiment bien travaillé lors du “practicum.” Et selon Chenai, Certaines choses lui semblaient différentes cette fois ci : “Etant de l’autre cote de la barre cette année, J’ai vu une intégration des questions du Genre. J’ai également vu l’importance de pouvoir une fois les sessions terminées. Je pense que cela a été possible dans de nombreuses sessions. J’ai compris l’importance de construire un réseau entre les participants vu la façon dont ils ont interagi par le biais de la plate-forme WhatsApp, que nous n’avions pas l’année dernière. Le fait que la plupart d’entre eux résidaient au même endroit a également aidé à travailler sur l’exercice de pratique, ce qui a entravé, je crois, la classe de 2015. Le gain le plus positif a été la capacité de voir la valeur du programme du point de vue du facilitateur et du participant. L’apport du soutien à la classe ainsi que l’engagement a été influencé par la compréhension des besoins des participants.”

Dr. Mawaki Chango, Fondateur et directeur général de DigiLexis Consulting, a fait la remarque suivante « l’une des choses qui s’est très bien passée cette année est la composante de jeu de rôles multipartite et l’exercice de négociation pour parvenir à un consensus sur une déclaration de politique commune comme l’exigeait le “practicum” »

Pour sa part, Pria Chetty, Directrice régionale de EndCode, A souligné que « tous ceux qui se sentent passionnés par les questions de gouvernance de l’Internet ont la responsabilité de prendre ces messages, de les interpréter et de les transmettre à leurs communautés respectives afin que les personnes ordinaires aient la possibilité de partager leurs points de vue. Celui qui est le messager dans ces scénarios devrait être ouvert à l’influence, et nous devrions être ouverts à entendre des points de vue différents. Les messages des niveaux de base doivent être reportés ».

Gbenga Sesan, Directeur exécutif de Paradigm Initiative Nigeria, Croit que le réseautage entre les élèves avant le début de l‘école initie la familiarité et facilite l’interaction tout au long de l‘école. “Au-delà du stage et des séances, j’ai remarqué que le réseautage a commencé très tôt pour le groupe, et j’imagine que cela a beaucoup à voir avec le fait qu’ils en avaient un, par un processus en ligne qui a permis à l‘école physique de ressembler à la continuation d’une existante interaction sociale. Ceci était très utile pour l’apprentissage et pour la phase pratique, et devrait être continué dans les éditions futures”.

Les participants ont reconnu l’AfriSIG 2016 comme étant une expérience d’apprentissage précieuse avec des applications très concrètes sur le terrain.

Koliwe Majama, du Media Institute of Southern Africa’s Zimbabwe Chapter, a dit qu’elle trouve l‘école comme etant : “Une expérience très enrichissante, parce que j’ai eu l’occasion d’interagir avec d’autres savants africains ayant des antécédents professionnels divers. Cela a fait de l‘école un « réservoir de ressources » très précieux pour les personnes ayant un intérêt dans l’Internet et les politiques. Le « practicum » m’a permis de comprendre pleinement le concept de parties prenantes multiples. Je quitte l‘école plus sage, plus ouverte à la négociation, et j’ai vu que le consensus peut être atteint si tous les intervenants ont un “pied d‘égalité”. AfriSIG A sans aucun doute augmenté ma capacité à articuler les questions relatives à la gouvernance de l’Internet d’un point de vue régional. Cela sera précieux pour moi car j’engagerai les parties prenantes au Zimbabwe, en particulier à ce stade où le pays fait des progrès pour élaborer des cyber-lois et aussi après leur promulgation. Je suis également désireuse de contribuer au suivi de la mise en œuvre des lois et de contribuer à la recherche sur les TIC sur le continent.”Certains participants de l'AfriSIG lors de l'IGFCertains participants de l’AfriSIG lors de l’IGF

Selon Mauricia Abdol, Secrétaire générale à Waumbe Youth Development en Afrique du Sud, L‘école a eu un impact multidimensionnel : “Mon expérience de la quatrième école africaine sur la gouvernance d’Internet a été une gymnastique intellectuelle. Je lui accorderai toujours de la valeur. L’AfriSIG est un programme interactif et dynamique qui permet à un novice comme à un expert en gouvernance d’Internet d’en ressortir avec une leçon apprise. L‘école a eu un impact multidimensionnel. Il y a eu un transfert de connaissances sur la gouvernance de l’Internet, une expérience pratique sous la forme du “practicum”, des interactions transfrontalières entre les différents pays africains, une éducation centrée sur une perspective africaine ainsi que des experts et doyens du domaine qui ont conseillé les étudiants. Tout a été fait dans un espace accueillant et sûr.”

Evelyn Namara, Fondatrice et CTO d’Innovate Uganda, A souligné que la diversité des participants présents constituait une bonne base pour les discussions. « Généralement, j’ai aimé le fait que les participants à l‘école aient été choisis d’horizons différents : Nous avions des membres du gouvernement, des droits de l’homme, des secteurs techniques et de la société civile, entre autres. Cela a fourni une bonne base pour avoir des discussions multipartites. L’exercice du “practicum” Était le plus précieux apport pour moi. Il a démontré comment fonctionne l’approche multipartite d’une manière pratique. La capacité de sortir de nos zones de confort et de prendre des rôles autres que nos rôles traditionnels principaux l’a rendu utile à tous les niveaux. J’ai donc l’intention d’intégrer plus d’une approche multipartite pour résoudre certains des problèmes que nous avons dans mon organisation. J’ai aussi l’intention d’encourager davantage de femmes à se joindre à l’espace de gouvernance de l’Internet afin que nous ayons plus de voix dans cet espace.”

  • Retrouvez les impressions de nombreux autres participants en lisant leurs messages sur les blogues ici.
  • Voir l’entretien complet avec Bob Ochieng ici.
  • Voir l’entretien complet avec Mawaki Chango ici.
  • Voir l’entretien complet avec Gbenga Sesan ici.
  • Voir l’entretien complet avec Pria Chetty ici.
  • Lire plus sur les impressions d’Avri Doria au ce sujet de cette édition de l’AfriSIG ici .

Translated by Olga Tsafack-Koloko

(FIN/2016)

Connexion