Technologies, justice environnementale et développement durable

Guide de l’économie circulaire de nos appareils numériques

Ce guide comprend treize modules, illustrés par des études de cas. Il décrit les concepts, processus et certains des principaux défis de la circularité, résume les principales difficultés et possibilités, notamment en matière de plaidoyer, et inclut enfin un glossaire pour vous aider à vous y retrouver.

    Les racines d’APC sont ancrées dans les mouvements écologistes des années 1980 et 1990, et beaucoup de ses membres ont appelé à une réponse forte du réseau face à la crise écologique mondiale. Le choix et l’utilisation des technologies numériques et les politiques guidant leur production, leur utilisation, et leur mise au rebut auront d’énormes répercussions sur toutes les formes de vie sur Terre.

    Pour cette période stratégique 2020-2023, le domaine de priorité d’APC consiste à créer un monde juste et durable à travers la mobilisation du pouvoir collectif des activistes, organisations, groupes exclus, communautés et mouvements sociaux. Son objectif est de remettre en question les structures de pouvoir actuelles et veiller à ce que l’internet soit développé et gouverné comme un bien public mondial. Parmi les domaines spécifiques de priorité pour cette période, APC a identifié celui de la justice environnementale et de la préservation de la Terre :

    « L'action collective et l'activisme d'APC contribuent à la justice environnementale et à la préservation de la Terre, et atténuent les impacts environnementaux négatifs d'internet, des technologies numériques et de l'économie numérique. »

    APC est bien positionnée pour relier les savoirs académiques et les activistes sur la façon d’utiliser l’internet et les technologies numériques pour s’adapter et combattre le réchauffement climatique. Avec notre histoire issue des mouvements écologistes, et nos liens toujours actuels avec ces mouvements, APC bénéficie de plusieurs décennies d’expérience; elle a adopté une approche pratique envers la technologie et son utilisation à la fois durable, en faveur de la justice sociale et environnementale et dans le respect des droits humains.

    Nos objectifs d’impact :
    1. La capacité du réseau d’APC à agir contre la crise climatique, solidairement au mouvement écologiste entendu au sens large, est renforcée.

    2. Les pratiques, modèles et systèmes durables écologiquement et socialement sont promus, développés et adoptés par le réseau d’APC.

    3. Les cadres des politiques et des réglementations veillent à ce que l’impact des technologies numériques sur l’environnement, depuis la production et le développement jusqu’à la mise au rebut des appareils faisant fonctionner ces technologies et permettant d’interagir avec elles, est mesuré, compris et atténué.

    Une approche axée sur l’économie circulaire pour le développement et l’utilisation des technologies numériques

    Face à l’intersection des crises sociales, économiques et environnementales, il est essentiel de modifier profondément les modèles linéaires actuels de conception/production/utilisation/mise au rebut/recyclage pour en adopter un qui suive une démarche d’économie circulaire, dans le but d’éliminer les déchets et d’encourager la réutilisation constante des ressources. Il faut réaliser le bilan critique des répercussions de l’économie dite numérique/intelligente sur les moyens de subsistance durables des différentes communautés.

    Le réseau d’APC fait appel au savoir et à l’expérience de nos membres pour répondre à ce besoin d’évaluation critique et d’innovation face à l’économie dite numérique/intelligente. Au FGI mondial virtuel de décembre 2020, APC a publié la présentation d’un guide sur les économies circulaires pour les appareils numériques. Celui-ci comporte une série d’études de cas qui reflètent les principaux enjeux et priorités de la démarche d’économie circulaire appliquée au développement et à l’utilisation des technologies du numérique. Dès octobre 2021, APC commencera à publier de nouveaux modules de ce guide.

    Pour lire la guide d’APC sur les économies circulaires pour les appareils numériques, cliquez ici.

    Un principe féministe de l’internet dédié à la justice environnementale

    Les Principes féministes de l’internet (PFI), une série de déclarations rédigées de manière collective, offrent un outil permettant de considérer les droits déterminants en matière d’internet dans une optique de droits sexuels et de genre. Ces principes ont été élaborés selon un processus ouvert, à l’occasion de la première rencontre « Imaginons un internet féministe » en avril 2014. Un nouveau groupe d’activistes a par la suite continué à discuter, élaborer et réviser les différents principes lors de différents ateliers et événements.

    Depuis 2019, APC et nos partenaires étudions un nouveau principe féministe de l’internet, consacré à la justice environnementale.

    À l’occasion du Forum mondial sur la gouvernance de l’internet de novembre 2020, APC et Sursiendo ont co-organisé un débat précédant l’événement, intitulé « La justice environnementale et un internet anti-extractif : influer sur les politiques par l’élaboration d’un principe féministe ». Celui-ci portait sur les manières de créer un principe féministe en faveur d’un internet anti-extractif et sur ce que cela signifierait en termes de plaidoyer politique dans les espaces de gouvernance de l’internet. Des intervenant·e·s de gato.earth et de South African Climate Justice Charter se sont associé·e·s aux participants et participantes du FGI pour discuter et prendre en compte les principes féministes fondamentaux d’éthique de l’attention à autrui dans les débats portant sur l’environnement. Cet événement a été préparé lors de deux réunions, un atelier sur les principes féministes de l’internet pour l’environnement qui s’est tenu en 2019 au Mexique et une rencontre virtuelle lors de la réunion de membres d’APC, consacrée à la question d’une réponse féministe en matière de justice environnementale, intitulée « Je ne veux pas abattre des montagnes pour pouvoir utiliser l’internet : Décoloniser les technologies pour protéger la Terre et nous protéger nous-mêmes ».

    Les droits de l’environnement sont des droits numériques : organisation de débats au RightsCon et au FGI mondial

    En 2020, APC a organisé une série de débats portant sur les droits numériques et les droits de l’environnement, notamment des sessions et ateliers stratégiques lors du RightsCon et du Forum mondial sur la gouvernance de l’internet.

    En juillet 2020, APC et BlueLink ont organisé un débat stratégique intitulé « Environnement durable et gouvernance de l’internet : Feuille de route pour l’action politique ». Les personnalités invitées provenaient du réseau APC, du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), de Greenpeace International et de la Coalition sur les droits et principes de l’internet du FGI mondial.

    Ce débat stratégique a fait émerger plusieurs points de convergence, notamment le besoin de renforcer à la fois le dialogue à plusieurs niveaux et la collaboration entre les espaces politiques dédiés à l’environnement durable et à la gouvernance de l’internet, ou encore donner la priorité à l’inclusion numérique et à l’accessibilité. Les personnes qui ont participé au débat ont également identifié le besoin manifeste de davantage de transparence et de responsabilités en matière de répercussions du secteur des TIC sur la durabilité de l’environnement. Elles se sont en outre accordées sur le besoin de respecter davantage les modèles alternatifs relatifs au développement des TIC et les droits des communautés à l’auto-détermination.

    Lire le rapport des débats stratégiques menés au RightsCon ici (en anglais).

    En novembre 2020, APC, Intervozes et BlueLink ont organisé un atelier virtuel lors du Forum mondial sur la gouvernance de l’internet (FGI), intitulé « Imaginer un internet au service de la justice environnementale ». Celui-ci présentait les résultats préliminaires de la recherche cartographique menée par APC visant à comprendre dans quelle mesure les organisations des droits du numérique répondaient aux besoins des mouvements pour la justice environnementale dans le Sud global. L’atelier examinait également comment les lois relatives à l’environnement et la gouvernance peuvent considérer la gouvernance de l’internet en tant que bien commun mondial.

     

    Subventions d’APC pour la justice environnementale et l’environnement durable

    Des membres, des partenaires et des membres du personnel d’APC, engagé·e·s dans l’action collective et l’activisme pour la justice environnementale et la préservation de la Terre, ont créé un Groupe d’APC sur l’environnement durable. Celui-ci vise à renforcer notre capacité collective à travailler de manière solidaire avec les groupes de défense de l’environnement et les mouvements pour la justice environnementale. Il œuvre également dans le but d’atténuer les effets négatifs de l’internet, des technologies numériques et de l’économie numérique aussi bien sur l’environnement qu’à niveau socioéconomique, deux domaines convergents.

    APC a récemment proposé une subvention pilote visant à examiner les démarches et les pratiques participatives dans sa stratégie d’attribution de subventions. Elle est destinée aux membres organisationnels d’APC qui participent au travail du Groupe sur l’environnement durable. Le cadre prioritaire de cette subvention s’appuie sur le résultat axé sur l’environnement durable (Résultat 6) du plan stratégique d’APC pour la période 2020-2023. Les domaines spécifiques de priorité ont été établis selon un processus participatif de prise de décision parmi les membres.

    Pour plus d’informations sur les subventions pour la justice environnementale et l’environnement durable, cliquer ici.

     

    Regarder la vidéo de la Disco-tech 2019 organisée à Berlin sur l’environnement et les TIC :



     

    Voir la liste des membres et partenaires d'APC qui œuvrent pour des initiatives de TIC et environnement durable.

    Précédents projets d’APC dans ce domaine :

     

    Équipe de projet 
    Shawna Finnegan Canada
    Paula Martins Canada
    Jennifer Radloff Afrique du Sud
    Mike Jensen Portugal
    Maja Romano Canada
    « Retourner