Le Centre de Formation en informatique du YMCA de Gambie, membre le plus récent d’APC : « Notre peuple n'a pas encore quitté la peur »

Source: The Gambia YMCA

Par APCNouvelles
Éditeur APCNouvelles     03 août 2018

« Notre peuple doit encore s'éloigner de la peur de plus de 22 ans de régime dictatorial, de la peur de parler ouvertement de l'actualité ou de parler d'exprimer leur pensée. » C'est ainsi que le tout dernier membre d'APC, le Centre de formation informatique et Studio Numérique du YMCA en Gambie , décrit l'état actuel des choses dans leur pays, où ils essaient d'apporter des changements avec leur travail.

Depuis sa création en 1979, le YMCA de Gambie a été impliqué dans des activités liées à la jeunesse et au développement. Avec des branches qui atteignent maintenant toutes les régions du pays, son objectif global reste inchangé : développer le potentiel des jeunes gambiens afin qu'ils soient dotés des compétences nécessaires pour vivre et opérer dans un contexte mondial.

Ces dernières années, les technologies de l'information et de la communication (TIC) jouent un rôle de plus en plus important dans les compétences dont les jeunes ont besoin. En réponse à cela, le Centre de formation en informatique du YMCA de Gambie a été créé en 1995. Son objectif initial était de « former des jeunes, principalement des filles, sur la maîtrise de l'informatique dans les logiciels d’application ». Depuis, il est devenu un leader de dispensation des cours sur les TIC en Gambie, du conseil, de la recherche sur les TIC et des formations TIC personnalisées, en plus de son studio numérique

Parmi les projets auxquels participe le centre, la plateforme en ligne Barrow-meter se distingue comme un outil permettant aux citoyens d'être informés sur l'allocation budgétaire annuelle et sur la manière dont le budget alloué est dépensé. Selon le directeur du projet, Baboucarr Ceesay , « Au cours des 22 dernières années, les Gambiens ont été induits en erreur et mal informés sur les affaires courantes. Il n'y avait pas de mesures de responsabilisation appropriées ; les médias étaient contrôlés et ne pouvaient pas exprimer des critiques constructives à l'égard de la transparence des dépenses du gouvernement sur les fonds publics. » Avec ce projet, Ceesay et ses collègues visent à encourager les citoyens, en particulier les jeunes, à « s’engager directement sur ce qui se passe au sein du gouvernement ».

Ceesay mentionne la Déclaration Africaine des droits et libertés de l'internet comme une référence clé pour le travail du centre. « Cette initiative aide notre pays ainsi que les autres pays du continent à prendre conscience du besoin de lois sur internet et de la protection des droits des citoyens en ligne." Nous assistons à des abus croissants sous la forme de chantage, de harcèlement criminel et de cyber-intimidation. La Déclaration Africaine a conduit la Gambie à rédiger un projet de loi d'information qui contribuera, nous l'espérons, à promouvoir l'accès et la protection de la vie privée. Nous croyons vraiment que la Déclaration a contribué à éveiller les droits des Gambiens en ligne.»

Lorsqu'ils ont été interrogés sur leur adhésion à APC, Ceesay a répondu qu'ils souhaitaient « renforcer les capacités de leur personnel, élargir leur réseau et travailler avec d'autres individus et organisations qui partagent notre passion pour les droits, en contribuant à l'atteinte de la vision d’APC ». Nous les accueillons chaleureusement au sein de notre réseau.



« Retourner