Interview avec le membre d’APC Open Culture Foundation : « Les droits numériques et la liberté d’internet sont toujours de nouveaux concepts à Taïwan »

Par APCNouvelles 11 février 2019

Open Culture Foundation (OCF) est une organisation à but non lucratif fondée par les membres de la communauté open source de Taïwan. Son but principal est de soutenir les communautés locales dans l’utilisation des technologies ouvertes pour promouvoir l’innovation dans la société ainsi que la démocratie participative.

APCNouvelles s’est entretenue avec Pellaeon Lin, le formateur en sécurité numérique de l’OCF et Keng Lu, le coordonnateur cross-field, à propos de leur travail et leur adhésion au sein du réseau d’APC dont ils ont récemment rejoint.

APCNouvelles : Vous travaillez avec la société civile taïwanaise et internationale. Pouvez-vous nous en dire plus sur ces groupes et comment vous travaillez avec eux ?

OCF : Nous travaillons avec différents groups de différentes manières. 

Nous avons commencé à travailler avec les communautés Libres et Open Source taïwanaises en 2014 comme sponsor fiscal et, nous travaillons maintenant avec de nombreuses autres communautés FOSS, notamment la Conférence pour les codeurs, utilisateurs et promoteurs Open Source, g0v, Mozilla et OpenStreetMap (OSM). Notre champ de travail s'est également élargi au réseautage international. 

Depuis 2016, nous travaillons avec des groupes de la société civile du pays pour protéger leur sécurité numérique. Nous recrutons des volontaires issus du monde de la technologie et les jumelons avec des organisations de la société civile. Nous collaborons également avec certains d’entre eux dans les domaines de la liberté d’expression, des données ouvertes et des campagnes de gouvernement ouvert. La plupart des groupes avec lesquels nous travaillons sont des activistes de première ligne issus des mouvements de défense des droits de l'homme, des LGBT et de l'environnement.

L’un des objectifs de l’OCF est d’établir un lien entre les communautés taïwanaises et leurs homologues internationaux. C’est pourquoi nous invitons des membres de la communauté à des conférences telles que RightsCon et également à Taïwan en organisant des événements ici, y compris l’atelier 2018 sur la désinformation en Asie de l’Est, CivicTechFest 2017 et bien d’autres.

APCNouvelles : Quelle est la partie la plus difficile de votre travail? Que trouvez-vous difficile ou quels obstacles rencontrez-vous ?

OCF: Les concepts de droits numériques, de liberté internet et de technologie civique sont encore nouveaux à Taïwan. Ceci veut dire que nous devons déployer beaucoup d'efforts pour expliquer notre travail et former le nouveau personnel, les bénévoles et les formateurs plutôt que d'agir directement. Vu cette situation, notre capacité actuelle est encore limitée.

De plus, il y a peu d'interaction entre les différents groupes et nous avons encore un long chemin à parcourir. Les partenaires de l'OCF avec de nombreuses communautés FOSS et organisations de la société civile; Toutefois, ces groupes ne sont pas habitués à travailler les uns avec les autres. En cette ère numérique, où presque tous les problèmes nécessitent une solution numérique, il est essentiel de réunir les communautés technologiques et les OSC traditionnelles pour qu'elles se battent. 

En établissant des liens, notre principal obstacle est que la plupart des OSC manquent de ressources humaines et sont occupées par leurs tâches habituelles. Même s’ils conviennent que la formation d’alliés numériques est importante, leur implication reste limitée.

APCNouvelles : Parlez-nous des histoires de réussite. Comment votre travail a-t-il eu un impact sur votre communauté ?

OCF : Lors d'un de nos contrôles de la cybersécurité auprès des organisations de la société civile, nous avons constaté que leur ordinateur de bureau était infecté par un logiciel de publicité, signe des mauvaises habitudes d'utilisation. Avec leur consentement, l'un de nos volontaires qui travaille dans une entreprise de sécurité informatique, a analysé l'ordinateur et a découvert un logiciel malveillant avancé utilisé par un groupe de pirates connu dissimulé dans l'ordinateur. C’est un incident rare qui nous dit à quel point il est important de travailler avec des volontaires de l’industrie.

APCNouvelles : Pourquoi avez-vous rejoint le réseau d’APC? Comment pensez-vous pouvoir contribue en tant que membre, et qu’attendez-vous d’APC ?

OCF: Nous avons rejoint APC non seulement parce que ça correspond très bien à nos objectifs, mais également parce qu’APC dispose d’une bonne structure de soutien pour les membres. Il y a un personnel dédié pour soutenir les échanges entre les membres (organiser des événements, interviewer de nouveaux membres, etc.) et une équipe technique pour entretenir l'infrastructure, qui est également gratuite et ouverte, ce qui est vraiment important pour nous.

Nous contribuons à l’expérience du Taïwan dans de nombreuses questions en suspens, par exemple la désinformation. À Taïwan, nous avons « Cofacts », un groupe de vérificateurs de faits volontaires et d’infrastructures en ligne (base de données, API, chatbots) pour les aider. Cofacts est un projet de la communauté technologie civique g0v, avec laquelle nous travaillons.

Pour ce qui est de ce à quoi s’attendre, il est peut-être trop tôt pour le dire à ce stade, car nous ne connaissons pas encore bien tout le monde. Mais si nous pouvions le dire égoïstement, ce serait: apportons plus d’événements et de personnes à Taïwan!



« Retourner