De 1990 à nos jours : Le pouvoir d’un mouvement

Le 25 novembre nous célébrons la Journée Internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, qui rend hommage aux sœurs Mirabal, montre que la violence basée sur le genre fait partie des droits humains, et marque le début des 16 Jours d’activisme contre la violence basée sur le genre (VBG). À l’occasion du lancement de la campagne de 16 Jours de Réapproprie-toi la technologie ! dédiée au passage en revue du mouvement contre la VBG, il était important de revenir sur les débuts de ce mouvement.

S’il est vrai que depuis toujours, les femmes font preuve d’une grande capacité à résister à la violence de diverses manières, il aura fallu attendre la fin du vingtième siècle pour que le droit des femmes à vivre sans violence ne soit formellement reconnu à niveau international. En 1979 les Nations Unies ont adopté la Convention sur l’élimination de toutes formes de discrimination à l’égard des femmes (CEDAW), un traité international qui a depuis été ratifié par 189 nations, malgré des réserves dans de nombreux cas. Les seuls États qui n’ont ni signé ni ratifié le traité sont les États-Unis, l’Iran, Niue, les Palaos, le Saint-Siège, la Somalie, le Soudan et Tonga.

Pour en lire plus, cliquez ici.

 

 

 

Région: