Harambee

Le projet Harambee, conçu par l’Association pour le progrès des communications, Bellanet et la Commission économique des Nations unies pour l’Afrique, vise à renforcer les capacités des initiateurs de projet et de divers réseaux et communautés basés en Afrique, afin de coordonner et de faciliter les interactions parmi eux.

Cet objectif repose sur plusieurs observations:

Premièrement, on sait que l’approche en réseau est celle qui présente les meilleures chances d’incidence réelle pour faire face aux nombreux problèmes complexes du développement aujourd’hui.

Deuxièmement, le projet cherche à créer les conditions nécessaires à la participation d’une plus grande diversité de partenaires. La combinaison de ces diversités promet des résultats concrets et durables ainsi qu’un niveau élevé d’apprentissage partagé.

Troisièmement, c’est pas la collaboration et la mise en réseau que les Africains ont les meilleures possibilités de participer utilement à leur propre développement dans un contexte de mondialisation.

Harambee est financé par Connectivité Afrique et relève du Centre de recherche pour le développement international et de Hivos.

La mise en œuvre du projet Harambee est coordonnée par Bellanet Afrique situé en Ouganda avec l’aide de partenaires:

  • Le comité de coordination de Harambee composé de représentants d’APC, Bellanet et l’UNECA
  • Les coordonnateurs des réseaux d’APC Femmes Afrique (AAW), Academia Researche Network (ARN), African Youth Information Network (AYIN), Constitution & Reform Education Consortium (CRECO) et Women of Ouganda Network (WOUGNET)
  • Réseaux de bénéficiaires de petites subventions en Afrique (a déterminer)

Processus des petites subventions Harambee: Axé sur les réseaux

Les processus qui appuient la collaboration et le partenariat jouent un rôle essentiel pour renforcer la participation des Africains à leur propre développement. L’Afrique a un grand besoin immédiat de renforcement des capacités dans la conception des processus qui contribuent à la création, l’utilisation et le partage des connaissances et dans l’utilisation des technologies de l’information et de la communication (TIC) à l’appui de cette participation. Le projet Harambee, et les petites subventions, est destiné à répondre à bon nombre de ces besoins.

On s’attend à une collaboration de la part d’organismes et de personnes qui travaillent dans le développement. Les avantages et la valeur ajoutée de la collaboration – dont bon nombre ont été démontrés par exemple dans le développement de logiciels par le milieu des logiciels ouverts – sont désormais évidents. Mais comment les réseaux peuvent-ils mettre à profit les nouvelles connaissances sur les processus et les technologies à l’appui d’une collaboration plus utile? Le projet Harambee fait appel à la recherche et aux expériences actuelles pour concevoir et mettre en œuvre des processus et des technologies à l’appui des réseaux. Il propose la mise en œuvre d’activités de renforcement des réseaux, notamment le renforcement des capacités, et des opportunités de partage des connaissances ainsi que la préparation de documents de recherche et de formation.

Le projet Harambee a pour principal objectif de renforcer les capacités des réseaux africains par une meilleure collaboration. Malgré l’existence de nombreux réseaux ou communautés organiques – des groupes qui se forment naturellement simplement parce qu’ils partagent un but commun – beaucoup d’autres continuent de naître. Ces derniers sont souvent censés travailler en collaboration à la planification, à la création, à la résolution des problèmes et à la prise de décisions sans toutefois bien comprendre les processus et les technologies qui leur donne plus d’efficacité ni les facteurs en cause pour tenir compte de la diversité de la dynamique des groupes.

Une collaboration plus efficace, qui fait intervenir des groupes, des organisations ou des réseaux mieux en mesure d’organiser, de planifier, de résoudre des problèmes et de prendre des décisions, est possible. Pour ce faire il faut concevoir et mettre en oeuvre des processus qui encouragent l’égalité des chances dans la participation, optimiser l’apprentissage, trouver des solutions et prendre des décisions consensuelles et mobiliser les nouvelles technologies collaboratives qui peuvent soutenir le dialogue et l’interaction.

Aux termes du projet Harambee, le processus des petites subventions (SGF) fournit aux réseaux d’Afrique des fonds pour renforcer la capacité de collaboration. Le SGF offre jusqu’à 5 000 dollars par réseau. La subvention n’est pas renouvelable.

Objectifs du processus de petites subventions

Le fonds des petites subventions de Harambee se veut un mécanisme permettant d’accorder immédiatement des fonds pour le renforcement des capacités et l’innovation dans des secteurs où des réseaux qui poursuivent des activités. Ce fonds compétitif permet de soutenir un certain nombre de réseaux et de groupes sectoriels (par exemple, santé, éducation, agriculture, etc.) – et ceux qui peuvent faciliter le partage des connaissances, la communication et la participation de ces réseaux et communautés à divers forums – et ce faisant contribuera à sensibiliser aux processus et technologies favorisant la collaboration sur le continent et à mieux les comprendre. Les organisations africaines seront ainsi mieux équipées pour participer activement à la formulation des stratégies adoptées pour relever leurs défis de développement.

Les types d’activités suivants sont des exemples de projets SGF qui correspondent au thème du renforcement des réseaux et des collaborations en Afrique:

  • Améliorer l’accès des coordonnateurs de réseau et des membres à la formation et au soutien pertinent pour acquérir les connaissances – et renforcement des capacités lié aux TIC, par exemple, recevoir une formation dans l’utilisation stratégique des TIC et/ou des techniques de partage des connaissances;
  • Sensibiliser, au sein des réseaux africains, au potentiel des processus et des technologies favorisant la collaboration afin de renforcer leur capacité collective à produire un changement;
  • Entreprendre des recherches pouvant servir de ressource très utile sur diverses techniques, cadres conceptuels, indicateurs, etc. et portant sur la facilitation, le partage des connaissances, la communication et autres questions en rapport avec la collaboration, comme le genre;
  • Donner une expertise dans la conception et la mise en œuvre de processus collaboratifs, notamment la facilitation ou le règlement des différends/médiation;
  • Faire connaître Harambee et ses partenaires et élargir la base de leurs réseaux

Pour plus de détails sur les demandes de subvention, veuillez consulter www.harambeeafrica.net

Adressez vos demandes de renseignements à harambee-sgf AT dgroups.org (note: remplacez ‘AT’ par ‘@’).

Connexion