La première école africaine de la gouvernance de l’internet

JOHANNESBURG, juill. 25

Group photo, by Glenn McNight.Group photo, by Glenn McNight.

L’École africaine sur la gouvernance de l’internet a eu lieu du 10 au 12 juillet 2013 dans la ville côtière de Durban en Afrique du Sud.

Organisé par l’Association pour le progrès des communications et le Programme e-Afrique du NEPAD, il s’agit du premier événement annuel de ce genre.

Le séminaire, qui s’inspire d’initiatives internationales similaires en Europe et en Amérique latine, a accueilli 35 participants et participantes de quinze pays africains.

Selon Edmund Katiti, conseiller en réglementation et politiques sur les TIC du NEPAD, ce fut un énorme succès : « L’intérêt manifeste des participants et leur capacité à participer aux discussions ont été très encourageants. Il ne fait aucun doute que cette initiative doit être poursuivie et reprise dans différentes régions du continent. »

Les enseignants ont parlé de sujets tels que l’histoire de l’internet, les processus internationaux en matière de gouvernance de l’internet, l’importance des noms et adresses, l‘équilibre entre vie privée et sécurité et d’autres sujets concernant les règles et les principes qui régissent l’internet.

Melaku Girma, un participant de l’Ethiopie, a résumé l’impact de l‘école : « Le premier AfriSIG a eu lieu à un moment où les Africains se regroupent pour affirmer la renaissance du continent dans les domaines économique, social, culturel et politique. Je tiens à exprimer ma profonde gratitude et mon respect pour les organisateurs d’AfriSIG, APC et NEPAD, et les participants. Faisons en sorte que cet événement se déroule chaque année en Afrique. »

Anriette Esterhuysen, directrice exécutive d’APC, a déclaré que « Les Africains ne veulent pas seulement avoir accès à l’internet, ils s’intéressent à sa gouvernance, comment et par qui, comme en témoignent l’enthousiasme et l’engagement exprimés à l’AfriSIG13. »

Pour M. Dumisani Moyo, l’un des promoteurs de l‘événement « Open Society Initiative of Southern Africa » (OSISA), « l’École africaine de la gouvernance de l’internet est une plateforme qui permettra la formation d’un noyau d’experts en mesure de parler avec éloquence de la politique de l’internet et des questions de gouvernance dans notre région afin que cette ressource critique soit gérée de manière à représenter l’intérêt public. Un internet libre et ouvert est essentiel à la construction et à la consolidation de la démocratie. »

La participation de toutes les parties prenantes est essentielle à la gouvernance de l’internet. Mme Titi Akinsami de Google, une autre organisation qui a soutenu l‘événement, a souligné que « Google participe au renforcement des capacités des parties prenantes pour assurer la liberté et l’ouverture de l’internet. »

(FIN/2013)

Contact médias

Mallory Knodel

mallory@apc.org
Tel: +1 514 573 6340
Montreal, Canada

Communiqués de presse: s'inscrire

Connexion