Le comité d’experts sur la liberté d’expression n’est qu’un début