Les femmes dans la “capitale du viol” se servent de la technologie pour attirer l’attention sur leur cause

No votes yet

Par Si jeunesse savait pour PARF d'APC

KINSHASA, République démocratique du Congo, 11 November 2010

La capitale de la République démocratique du Congo (RDC), Kinshasa, surnommée la «capitale de viol » par le rapporteur spécial des Nations Unies Margot Wallström, est une ville marquée par la violence et les séquelles d’un régime de guerre. Mais les femmes de la ville prennent leur vie en charge et exigent plus de sécurité, plus de services pour aider les femmes victimes de violence et la fin de l’impunité pour ceux qui violent, torturent et tuent des femmes. Si jeunesse savait, une organisation locale qui travaille avec les jeunes et les femmes de la RDC formera quatre organisations à utiliser les TIC pour aider à prévenir de nouvelles atrocités et la violence faite aux femmes. Des subventions de démarrage de 5 000 $ US chacune seront accordées à quatre organisations pour appuyer leur travail visant à mettre fin à la violence faite aux femmes. Les subventions sont accordées par le Programme d’appui aux réseaux de femmes d’APC (PARF) dans le cadre de son projet Réapproprie-toi la technologie! pour mettre fin à la violence faite aux femmes, qui porte sur le troisième Objectif du millénaire pour le développement, la violence faite aux femmes.

GANGANTS DU FONDS DE RÉAPPROPRIES-TOI LA TECHNOLOGIE! EN RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO

Union congolaise des femmes des médias (UCOFEM) Cette organisation travaille activement sur la violence faite aux femmes et les médias. Le projet de subventions de démarrage lauréat de l’UCAFEM vise à promouvoir l‘égalité du genre dans les programmes de médias au Congo. La campagne s’adresse aux étudiants en communication des trois universités de Kinshasa. Le projet associe l’art de la communication, tel que la conception de programmes équilibrés avec des échanges d’informations et des discussions entre les étudiants, les professionnels et différentes entreprises de communication. L’organisation envisage de travailler avec 300 étudiants en communication en plus de diverses autres personnes invitées à participer à un réseautage.

Toges noires Cette association d’avocats défenseurs des droits humains mène des campagnes de sensibilisation sur les droits des femmes en ce qui concerne le harcèlement sexuel et d’autres formes de violence sexuelle qui sont fréquentes dans les universités et les collèges à Kinshasa. L’organisation prévoit de former 300 étudiants et associe le travail de sensibilisation à la formation sur la façon dont les outils de communication tels les applications mobiles peuvent servir à dénoncer la violence et à recevoir le soutien d’une institution spécialisée comme un centre de soutien juridique. Elle aura également un site web contenant des ressources supplémentaires pour ceux qui ont besoin de plus d’informations. Toges noires, qui travaille surtout à Kinshasa, recevra un financement supplémentaire pour réaliser le même projet dans les provinces voisines de Kinshasa (Bas-Congo et Bandundu).
UWAKI Sud Kivu. Une organisation de femmes paysannes de la province du Sud Kivu renforcera les capacités des femmes et des filles à utiliser le téléphone cellulaire pour dénoncer la violence et lutter contre la violence sexuelle. L’organisation enseignera à quelque 600 filles de la ville de Bukavu comment utiliser leur téléphone mobile pour l’activisme, y compris l’utilisation d’applications mobiles telles que les SMS de première ligne et Freedomfone pour diffuser et accéder à l’informatio.

Les jeunes méthodistes pour le leadership et le développement (JMLD) L’Association des Jeunes de l’Eglise méthodiste va créer un court-métrage avec les témoignages de victimes de la violence. Le film portera sur la violence sexuelle, et on utilisera un cinéma mobile pour diffuser le film dans quatre villages de la province du Sud Kivu. Les discussions qui suivront sur ces sujets permettront de débattre de la prévention de la violence sexuelle. Le projet vise principalement les jeunes de l‘Église protestante dans les villes de Bukavu et d’Uvira au Sud-Kivu et pourrait s‘étendre à la ville de Goma au Nord-Kivu.

Le fonds de Réapproprie-toi la technologie! fait partie du projet Réapproprie-toi la technologie! pour mettre fin à la violence faite aux femmes du programme des femmes d’APC, qui relève du travail d’APC en vue d’atteindre le troisième Objectif du Millénaire sur l‘égalité des femmes. Un total de 20 000 dollars a été accordé à douze pays partenaires pour qu’ils soient redistribués à des organisations locales et de base qui travaillent avec les femmes et les TIC.

(FIN/2010)

Connexion