open
Comment l’internet est-il utilisé pour améliorer la vie des gens? APC vous envoi des nouvelles, des ressources et des informations sur notre travail, deux fois par mois.

Les trois cyber-maux en Corée du Sud

No votes yet

Par LC pour APCNouvelles

CALGARY, Canada, 09 August 2010

Les trois "cyber-maux" en Corée du SudLes trois “cyber-maux” en Corée du Sud

Depuis 2008, date de l’assermentation du président conservateur actuel, l’État resserre le contrôle administratif sur les contenus internet de plus en plus dans un pays avec la deuxième population la plus connectée du monde.

« L’espace de la liberté d’expression a largement reculé ces deux dernières années, principalement en raison d’une nouvelle interprétation et d’une application plus restrictive des lois existantes », constate le rapporteur spécial de l’ONU.

Membre APC basé à Séoul, Jinbonet mène une campagne contre les « trois grands cyber-maux »: la loi sur les insultes en ligne, le système des « noms réels » de l’internet et l’inspection approfondie des paquets pour surveiller et contrôler les communications sur l’internet.
 
Le parti au pouvoir a présenté le projet de loi sur les insultes en ligne, qui pourrait éventuellement servir à supprimer les critiques du gouvernement ou des personnes influentes. Il a également présenté un projet de loi visant à élargir la portée des sites internet qui exigent le nom réel d’une personne, ce qui a obligé des portails importants à adopter un système de vérification d’identité en ligne pour ceux qui veulent afficher des articles sur ces sites.

Une révision de la Loi sur la protection du secret des communications a également été proposée afin d’obliger légalement les compagnies de télécommunication et les fournisseurs de services internet à conserver les données des communications de trois mois à un an et les fournisseurs de services de téléphonie mobile à revoir leurs réseaux pour faciliter les écoutes téléphoniques. On a appris de plus que les organismes d’enquête, y compris les agences chargées de la sécurité nationale et des poursuites ainsi que la police avaient procédé à une inspection approfondie des paquets.

(FIN/2010)

Connexion