GreenNet: 30 ans faisant l'histoire de l'internet

Your rating: Aucun Average: 2 (1 vote)

Par Leila Nachawati Rego pour APCNouvelles

SARAJEVO , Bosnia and Herzegovina, 17 November 2016

Edward Maw de GreenNet et Karen Banks d'APC à Sarajevo, 19 Octobre 2016Edward Maw de GreenNet et Karen Banks d’APC à Sarajevo, 19 Octobre 2016

La réunion des membres d’APC en Europe qui s’est tenue du 19-20 Octobre 2016 à Sarajevo était le lieu idéal pour Leila Nachawati Rego d’APCNouvelles de rencontrer Edward Maw et Karen Banks de GreenNet, un des fondateurs et première organisation membre du réseau APC. ils ont revisité la longue et fructueuse relation d’APC et GreenNet, son passé révolutionnaire en tant que première ONG fournisseur de services internet en Europe, et ce qui est à venir.

En 1985, bien avant le web, dot-coms et les médias sociaux, un groupe de techniciens activistes environnementaux a travaillé ensemble pour concevoir des outils qui soutiendraient les efforts de réseautage au sein du mouvement vert. Ils ont appelé l’opération «GreenNet» et peu après, ils ont commencé à collaborer et à échanger des informations avec des réseaux similaires dans d’autres pays, comme PeaceNet et EcoNet. En 1990, ils se sont joints à d’autres organisations pour fonder l’Association pour le progrès des communications (APC), un réseau qui comprend maintenant 51 membres et qui continue de croître.

Pendant de nombreuses années, GreenNet a fourni une passerelle internationale pour les petits réseaux indigènes dans les pays africains et asiatiques qui ont soutenu l‘échange de courriels entre l’internet et 52 réseaux dans ces deux régions – parfois le seul moyen de communication électronique pour les ONG et d’autres organisations dans ces pays.

Trente ans plus tard, même lorsque les outils, les compétences et le paysage d’accès ont changé dans le monde, GreenNet continue de jouer un rôle clé en soutenant les mouvements de justice sociale dans leur utilisation des technologies de communication en tant que fournisseur collectif éthique et à but non lucratif.

APCNouvelles a eu l’occasion rare d’avoir une conversation avec deux personnes liées à GreenNet des deux extrêmes de son histoire: Edward Maw, directeur de projet web et l’un des derniers ajouts du personnel, et Karen Banks, actuellement gestionnaire des opérations d’APC, mais aussi un lien important dans le développement passé de GreenNet.

APCNouvelles: Pouvez-vous nous parler de la relation entre GreenNet et APC?

Karen Banks: Je ne peux pas penser à APC sans penser à GreenNet, qui fait parti de nos fondateurs et aussi le premier membre de notre réseau APC. GreenNet a été le premier fournisseur de services internet à fournir une connectivité aux ONG en Europe, puis il est devenu le siège de la fondation du Programme des droits des femmes.

Edward Maw: GGreenNet est un petit groupe très restreint, comme une famille. Une rencontre avec un personnel d’APC et un membres d’APC a l’air d’une rencontre entre cousins. Pour moi, en tant que nouveau venu, c’est un honneur de travailler dans une organisation avec toute cette histoire derrière elle. Mitra, un des fondateurs de GreenNet, peut être crédité de l’invention de l’url (voir les réclamations de Mitra à la renommée d’internet).

KB: Oui, nous étions liés avec les personnes qui ont inventé l’internet, comme Mike Jensen, qui travaille toujours a APC. Ceci comprend la connectivité en Afrique, la construction de réseaux, la connexion pour les ONG … D’autres ont été la construction de la technologie à des fins militaires, nous avons aidé à construire les réseaux. Nous pouvons dire que GreenNet a tout mis ensemble pour faire ce que nous savons de l’internet.

APCNouvelles: Que faisaient GreenNet et le reste des membres fondateurs de l’APC à l‘époque? Savaient-ils qu’ils écrivaient l’histoire ?

KB: Les membres fondateurs comprennaient IGC, Web Networks, GreenNet, NordNet, Nicrau, Alternex … À la fin des années 80, ils étaient la principale ligne de communication vers des endroits comme Cuba, le Nicaragua, El Salvador, la Russie ou l’Afrique du Sud (pendant le muvement anti- Apartheid). Cet héritage est important, c’est une expérience qui change la vie.

Parmi les faits saillants, je me souviens d’avoir établi un lien entre l’ex-Yougoslavie et le reste du monde pendant la guerre (une connexion internet reliant le monde à l’ex-Yougoslavie par une connexion Fidonet au début des années 90). C‘était l’un des seuls moyens de communication et il permettait de publier et d’envoyer quotidiennement un journal célèbre écrit par un Bosniaque, avant que les blogs n’existent, comme la voix de la résistance et de la réconciliation. GreenNet était le centre d’accueil des hubs de messagerie en Europe de l’Est, avec l’Afrique et l’Asie, 65 petits hubs de messagerie au total.

Ce fut un moment de grand trouble; Les militants de la paix qui étaient techniciens, a force de se rencontrer ont réalisé que créer un lien permanent entre eux pourrait être le noyau d’un réseau qui relierait les mouvements de paix et d’environnement.

Le mouvement le plus important pour moi a été le Sommet de la Terre, un moment clé car il a lié l’organe directeur international que nous connaissons avec les gens du monde entier à travers les technologies de l’information et de la communication. Les ONG n’avaient jamais eu accès aux informations issues d’une conférence de l’ONU. Une masse critique de membres d’APC, le personnel, les ONG, APC comme nous le savons, est née de ce type de connexion massive au Brésil. Le Brésil est très important pour notre histoire, et c’est là bas que nous avons célébré le 25e anniversaire d’APC (au Forum sur la gouvernance de l’Internet 2015).

EM: Félicitations à vous! Vous avez 25 ans et nous avons juste eu nos 30 ans. Parfois, je me demande comment nous avons réussi à exister pendant si longtemps. Comment est-ce durable? Je pense que c’est parce que nous nous concentrons sur ce que nous faisons, malgré le fait que les finances sont des luttes dans ce domaine. Nous avons un but non lucratif, et les relations au sein de notre groupe sont très importantes, la confiance que nous avons en chacun.

APCNouvelles: Dites-nous davantage sur le travail que vous faites en ce moment?

EM: Il a changé, mais reste dans le même domaine. En ce moment, nous soutenons une diversité de projets, dont un très intéressant avec une organisation appelée Ugly Mugs. Il s’agit d’une ressource pour les travailleuses du sexe dans le cadre du Réseau britannique des projets de travail sexuel qui permet aux travailleurs du sexe de vérifier si les clients ont été enregistrés comme violents. Il est très utile et il fonctionne bien.

GreenNet reste déterminé à aider les gens à disposer de canaux sûrs et sécurisés afin qu’ils ne dependent pas sur des technologies propriétaires. La vieille technologie nous permet de voir que les médias sociaux brillants ne sont pas la seule chose qui existe. Nous avons réussi à trouver des alternatives à la technologie propriétaire et il est important que nous continuions tous dans cette direction.

APCNouvelles: 25 ans pour APC, 30 pour GreenNet. Quel est votre souhait pour 25 à 30 ans à venir?

KB: J’espère que nous continuerons de nous rappeler d’où nous venons. Je crois que l’engagement de GreenNet en matière de responsabilité collective la fera passer encore une trentaine d’années. Votre degré de petitesse n’a pas vraiment d’importance; ce qui importe c’est de vous en tenir à vos engagements. Ce que nous faisons, c’est de planter des semences, des alternatives. Il existe des alternatives, continuons de protéger nos espaces.

Pour nous à APC, c’est l’ère des membres. Nos membres Ne peuvent pas relever seuls les défis, nous devons travailler beaucoup plus ensembles , construire un réseau plus grand, plus fort. Cette réunion à Sarajevo est un pas de plus dans cette direction, car les réunions des membres sont les éléments vitaux d’APC, elles dynamisent la vision de l’organisation. Être ici cette année est revigorant, c’est en quelque sorte une boucle bouclée, une spirale…

EM: Restant hors du courant dominant requiert une énorme quantité de bravoure. Nous savons ce que nous faisons. Nous sommes ici pour les gens qui veulent participer à des chaînes non traditionnelles. L’internet semble se fragmenter à nouveau, il se transforme de plus en plus en jardins clos, il est donc plus important que jamais de promouvoir l’internet de façon libre (comme dans la bière et la parole). Nous devons nous assurer que les compétences ne sont pas perdues, avec des outils technologiques comme Nextcloud, Jitsi, mis en place par de petits groupes de personnes engagées. Ces outils sont des graines de possibilités, des multiplicateurs. J’espère qu’APC aura de plus en plus de membres et aura un réseau plus grand et plus fort. Oui, c’est une spirale .

Translated by Olga Tsafack-Koloko

(FIN/2016)

Connexion