open
Comment l’internet est-il utilisé pour améliorer la vie des gens? APC vous envoi des nouvelles, des ressources et des informations sur notre travail, deux fois par mois.

Congo Brazzaville: des SMS pour lutter contre les violences faites aux femmes

Author's name: 
Afriqueavenir
République du Congo

Afin d’amé­lio­rer le sta­tut de la femme au Congo Braz­za­ville, le gou­ver­ne­ment et la so­cié­té ci­vile conjuguent au­jourd’hui leurs ef­forts. Des ate­liers de tra­vail ont per­mis de mettre sur pied des pro­jets d’ac­tion in­no­vants pour lut­ter contre les vio­lences dont les femmes sont en­core vic­times.

Ces pro­jets ont re­cours aux nou­velles tech­no­lo­gies de l’in­for­ma­tion qui fa­ci­litent la com­mu­ni­ca­tion entre les dif­fé­rents ac­teurs de ces pro­grammes de lutte. Au­jourd’hui plus que ja­mais, la femme congo­laise est dé­ter­mi­née à pour­suivre le com­bat pour son éman­ci­pa­tion.

Pro­jet PARF-​APC : des mil­lions de Francs CFA pour la pro­tec­tion de la femme

Cinq pro­jets sé­lec­tion­nés pour un fi­nan­ce­ment de 1,7 à 2,5 mil­lions FCFA par le Fonds « Ré­ap­pro­prie-​toi la tech­no­lo­gie » du Pro­gramme d’appui aux ré­seaux de femmes de l’As­so­cia­tion des pro­grès des com­mu­ni­ca­tions (Parf-​APC) ont été pré­sen­tés le 6 août au Cam­pus nu­mé­rique de Braz­za­ville, au cours de l’ate­lier or­ga­ni­sé par l’ONG Azur Dé­ve­lop­pe­ment.

L’ob­jec­tif af­fi­ché par ces pro­jets est de lut­ter contre la vio­lence faite aux femmes et aux filles. Ces pro­jets visent éga­le­ment à sen­si­bi­li­ser et à ap­por­ter un appui psy­cho­lo­gique aux jeunes filles élèves, étu­diantes, han­di­ca­pées, ainsi qu‘à celles in­fec­tées par le VIH/sida.

Parmi les cibles vi­sées par les pro­jets fi­gurent les po­li­cières, les femmes gen­darme et sol­dats, ainsi que celles des mé­dias, afin de dé­non­cer et mettre fin à tous les actes in­ci­viques, tels que le har­cè­le­ment sexuel, la vio­lence do­mes­tique et phy­sique au moyen de mes­sages té­lé­pho­niques (SMS, MMS), par des pro­jec­tions vidéo et des émis­sions ra­dio­pho­niques.

À cet effet, une for­ma­tion sur l’in­for­ma­tique et la re­cherche sur in­ter­net sera don­née aux vic­times de vio­lences. Elles pro­cé­de­ront à la créa­tion de blogs et à la pro­duc­tion d‘émis­sions de radio et de vi­déos. Les sta­tis­tiques des cas de vio­lence de chaque pro­jet se­ront col­lec­tées et pu­bliées sur le blog http:// feministescongo.​wordpress.​com/.​

Les as­so­cia­tions sé­lec­tion­nées l’As­so­cia­tion dy­na­mique plu­riel, l’As­so­cia­tion femmes so­li­daires à Braz­za­ville, le Club jeu­nesse in­fra­struc­ture et dé­ve­lop­pe­ment, le Comp­toir ju­ri­dique ju­nior à Pointe-​Noire, ainsi que Han­di­ca­pés sans fron­tière à Pointe-​Noire. Elles en­vi­sagent tra­vailler avec les filles du lycée sur le har­cè­le­ment sexuel et de sen­si­bi­li­ser en­sei­gnants et élèves sur la loi Por­tel­la et Po­ti­gnon, qui in­ter­dit les rap­ports entre eux.

Les han­di­ca­pés se­ront for­més en in­for­ma­tique ; ils ap­pren­dront à en­re­gis­trer des sons avec les té­lé­phones mo­biles et trai­te­ront des pho­tos tout en im­por­tant des élé­ments audio et vidéo sur in­ter­net.

La femme congo­laise dé­ter­mi­née à pour­suivre le com­bat pour son éman­ci­pa­tion

Le gou­ver­ne­ment congo­lais, à la fa­veur de la 36ème jour­née pan­afri­caine de la femme, cé­lé­brée le 31 juillet 2010 à Braz­za­ville, s’est lancé dans une po­li­tique de “dé­cen­nie de la femme afri­caine”. Concrè­te­ment, il s’agit pour les femmes congo­laises de s’af­fir­mer au sein de la so­cié­té. L’ac­cent sur le rôle à jouer dans l’émer­gence d’un État où ré­gne­rait l’éga­li­té entre les sexes est au coeur des en­jeux. De nom­breux su­jets liés à la place de la femme dans l’édu­ca­tion, la santé, la com­mu­ni­ca­tion, le com­merce, l’agri­cul­ture, l’ar­ti­sa­nat, le sport ont été dé­bat­tus lors des tra­vaux.

À cet effet, les femmes ont sug­gé­ré qu’une ré­so­lu­tion de­man­dant l’abo­li­tion de la po­ly­ga­mie au Congo soit prise. Elles ont condam­né les gé­né­ra­tions pré­cé­dentes pour avoir ac­cep­té cette dis­po­si­tion ins­crite dans le code de la fa­mille, qui per­met à l’homme d’épou­ser plu­sieurs femmes.

Source: Afriqueavenir

Cet article a été écrit dans le cadre du projet du PARF d’APC, Réapproprie-toi la technologie! pour mettre fin à la violence contre les femmes, qui fait partie de notre travail sur le troisième objectif de développement du millénaire (OMD3) sur l‘égalité des femmes.

No votes yet

Connexion