Politiques d'information et de communication - Afrique

Le principal objectif d’APC en Afrique est l’accès à l’infrastructure. L’Afrique doit actuellement payer des montants énormes pour la bande passante et la devise forte qui sert au paiement quitte le continent. L’Afrique de l’Est n’ayant pas encore de connexions de fibre internationales, elle paie encore plus que les pays de l’Afrique de l’Ouest qui sont connectés au câble SAT3/WASC contrôlé par un monopole.

Le site d’APC FibreForAfrica.net présente une information de base sur la bande passante internationale en Afrique, ses coûts et son accès monopolistique. Il porte plus particulièrement sur les projets de câbles d’Afrique de l’Est et la fin du monopole de SAT-3.

Notre projet de recherche de grande envergure – Post-audit de la mise en œuvre de SAT-3/WASC: études de cas de pays – documente les effets du câble SAT-3 sur les communications sur le continent africain. Il pose les questions suivantes :

  • Que s’est-il passé et pourquoi? Un aperçu général de la construction du câble.
  • Que se passe-t-il et comment? Perspectives nationales de l’effet de SAT-3 sur l’environnement des TIC en Angola, au Cameroun, au Sénégal et au Ghana.
  • Que peut-on faire? Les enseignements à retirer, les effets négatifs à éviter, les points positifs à adopter.

La recherche permettra aux campagnes de mieux expliquer les problèmes qui sont survenus à la suite de l’adoption d’un ensemble particulier de décisions sur SAT-3/WASC. Les arguments montrant les pièges de la prise de décision “fermée” seront appuyés par la présentation de faits et d’exemples réels.

APC a co-organisé des consultations et des ateliers avec les principaux groupes, notamment les régulateurs. Les pressions exercées ont eu indirectement pour effet de faire baisser les prix sur SAT-3 alors que le consortium tente d’empêcher toute intervention réglementaire pour abaisser les prix. En collaboration avec des partenaires, APC a organisé un atelier de la société civile sur l’accès ouvert à l’infrastructure des TIC en Afrique qui a formulé un certain nombre de recommandations pour le Sommet Connecter l’Afrique de l’UIT à Kigali en octobre 2007.

Le projet CICEWA, lancé en 2008, vise à identifier les obstacles qui empêchent l’accès à l’infrastructure des TIC en Afrique de l’Ouest, de l’Est, et en Afrique centrale. Suite à ces recherches, les intervenants de CICEWA développeront deux réseaux sous-régionaux pour le mise en oeuvre de stratégies de partage d’informations et de campagnes de plaidoyer pour l’obtention de politiques de TIC pour le développement. Le projet vise a créer une plateforme pour la connectivité sous-régionale et ainsi permettre l’usage efficace des TIC dans les processus de développement.

Le site web de l’observatoire des politiques des TIC en Afrique (africa.rights.apc.org) ne cherche pas à retrouver tous les document de politique, les sujets d’actualité ou les activités en Afrique, mais s’intéresse plutôt aux enjeux et aux pays dans lesquels APC participe activement aux campagnes de plaidoyer pour la politique. Une évaluation a en effet montré que le site était visité plus souvent par les utilisateurs internationaux que par les Africains.

Le bulletin Chakula utilise une approche « push » pour rejoindre un plus vaste public en Afrique, plutôt que d’attendre que les gens aient accès à la bande passante pour trouver notre site web.

Connexion