Réforme du secteur des télécommunications en Afrique : Cas d’échec de la privatisation de l’opérateur historique au Niger

AdjuntoTamaño
Français740.15 KB
No votes yet
Por Iro Adamou (Associatio pour le progrès des communications)
, October 2009

À l’instar des autres pays africains, le Niger compte recourir aux technologies de l’information et de la communication (TIC) pour réaliser son désenclavement et son développement économique et social. C’est pourquoi le pays a inscrit la promotion de ces technologies dans sa Stratégie de développement accélérée et de réduction de la pauvreté qui est l’outil de référence en matière de développement économique et social.

Face aux profondes mutations, à la fois technologiques, économiques et réglementaires, qu’a connu le secteur des télécommunications ces dernières années, le Niger, à l’instar des autres pays, avait engagé, depuis 1996, des réformes de restructuration, de libéralisation et de privatisation du secteur.

Ces réformes qui s’inscrivent dans la dynamique de mondialisation des économies et de la convergence des technologies de l’information et de la communication, sont à la fois engagées et soutenues par les institutions et organismes régionaux et internationaux chargés des questions de coopération et de développement du secteur des télécommunications auxquelles adhère l‘État du Niger.

Les réformes engagées dans le secteur ont conduit respectivement à sa restructuration, sa libéralisation et à la privatisation de l’opérateur historique, SONITEL. La restructuration du secteur des télécommunications s’est traduite par une double séparation : séparation de la Poste des Télécommunications et séparation de la fonction de réglementation de celle d’exploitation.

Lire les autres rapports du projet CICEWA ou lire l’article CICEWA sur la Panne d’internet au Niger : La dépendance du Niger envers la fibre optique brisée du Bénin.

AdjuntoTamaño
Français740.15 KB

Registrarse en APC.org