open
¿Cómo puede usarse internet para mejorar la vida de las personas? APC envía artículos, recursos e información sobre nuestro trabajo dos veces por mes.

Trois points de vue sur le web africain

No votes yet

Por FD para APCNouvelles

LE CAIRE, Egypte, 24 October 2012

En début d’octobre, APCNouvelles a pu parler avec trois participants du Forum sur la gouvernance de l’internet africain. Grace Githaiga du Kenya, Towela Nyirenda Jere de l’Afrique du Sud et Lilian Nalwoga d’Ouganda nous ont partagé leurs perspectives au sujet de la gouvernance de l’internet en Afrique.

Le Forum sur la gouvernance de l’internet africain (AfIGF) a s’est tenu au Caire le 3 et 4 octobre 2012. Cinq cents participants du continent en entier se sont présentés afin de discuter la participation africaine dans l’agenda international de la gouvernance de l’internet, qui aura lieu à Baku, Azerbaijan en début novembre. APCNouvelles a pu rejoindre trois participants du Kenya, de l’Afrique du Sud et de l’Ouganda. En ordre respectif, Grace Githaiga du Kenya ICT Action Network (KICTANet), Towela Nyirenda Jere, gérant du programme e-Africa de NEPAD et Lilian Nalwoga de l’ONG ougandaise CIPESA ont pris quelques moments pour répondre à nos questions au sujet de la gouvernance de l’internet en Afrique.

APCNouvelles: Les fournisseurs de service internet – ou autres intermédiaires – dans votre pays bloquent-ils le contenu? Si oui, dans quel cadre juridique arrivent-ils à justifier le blocage?

Githaiga : Pas à mes connaissances. Par contre, il y a eu des discussions face au pouvoir des fournisseurs kenyans d’enlever des contenus en bonne foi, autant qu’il y ait de la preuve de contenu préjudiciable sur les sites. Mais pour que ceci arrive, le contenu préjuiciabe doit d’abord être porté à leur attention.

Jere: Je ne crois pas que les fournisseurs en Afrique du Sud bloquent le contenu, mais j’ai entendu que certains sites web qui ne sont pas progouvernement ont été ciblés. Toutefois, puisque la plupart des sites d’opposition ne sont pas hébergés de façon locale, il devient difficile de les bloquer.

Nalwoga: Il n’y a pas eu de case de blocage par les fournisseurs en Ouganda. Nous avons seulement observerez des cas ou le gouvernement a ordonné les fournisseurs de bloquer l’accès à certains médias sociaux de façon temporaire. Ceci n’a pas été apprécié par les fournisseurs.

APCNews: La liberté d’expression sur le web, est-elle respectée dans votre pays?

Githaiga: Oui.

Jere: Il y a présentement une législation électronique en processus de se formuler. La législation réglementera la liberté d’expression sur l’internet. Selon des publications en ligne Malawaiennes, la législation électronique introduit aussi des « cyberinspecteurs », appointés par le gouvernement, qui pourront, entre autres, « surveiller ou inspecter n’importe quel site web ou activités sur un système d’information dans le domaine public, et rapporter toute activité illégale à l’Autorité régulatrice. Ceci inquiète beaucoup les cercles des médias. La peur est que cette législation freinera la liberté d’expression en ligne, plutôt que de l’accroître.

Nalwoga: Oui.

APCNews: L’internet est-il un droit humain fondamental, selon vous?

Githaiga: Oui, puisque la communication est un besoin fondamental humain. L’internet fait partie de nos communications quotidiennes et les citoyens qui veulent être renseignés doivent pouvoir y accéder à un prix abordable.

Jere: En principe, l’accès internet est un droit humain fondamental, quoique la façon dont ceci se manifeste reste incertaine. Par exemple, lorsque nous lisons la Déclaration universelle des droits de l’enfant, il est clair quels sont les droits des enfants et quels sont les responsabilités des parents, et de la société. Lorsqu’il s’agit d’accès internet, je ne suis pas convaincue que les responsabilités ont été clairement énoncées. Dans la mesure où les gens ont le droit d’utiliser l’internet d’une façon qui ne fait pas de tort à eux-mêmes, aux autres et à la société, je dirais que oui, l’internet est un droit fondamental.

Nalwoga: Oui

APCNews: Quel niveau d’importance est accordé aux droits internet dans votre pays, en général?

Jere: Je dirais qu’ils sont importants, mais je crois qu’il y a un manque de connaissance face aux droits des citoyens et les rôles et responsabilités des utilisateurs, des gouvernements et des fournisseurs de service, etc.

Nalwoga: L’internet tel que nous le connaissons aujourd’hui apporte la possibilité de s’exprimer librement, d’apprendre et de partager nos expériences, développer nos capacités et exiger un changement. Les droits internet devraient figurer à la base des programmes de développement de tous les pays, puisque l’internet est un facilitateur du développement.

APCNews: Quels sont les problèmes particuliers à l’Afrique lorsque nous parlons de gouvernance de l’internet ?

Jere: Sur ma liste de 5 priorités figurent l’accès (coût, connectivité, contenu), la cyber sécurité, le droit à la vie privée et la sécurité des enfants, un cadre politique et légal concernant les régulations entre pays, le multilinguisme et le contenu local.

Nalwoga: Pour moi, 4 priorités figurent parmi ma liste: l’accès abordable à l’internet, la cybersécurité et le droit à la vie privée, la gestion des domaines et les droits internet.

_Les entrevues ont été menées par Emilar Vushe, Coordonatrice du plaidoyer pour les politiques des TIC avec l’Association pour le progrès des communications.

Pour plus d’informations :
Forum sur la gouvernance de l’internet africain – AfIGF 2012: http://afigf.uneca.org/AfIGF2012-Cairo.asp
CIPESA: http://www.cipesa.org/
KICTANet: http://www.kictanet.or.ke/
NEPAD: http://nepad.org

(FIN/2012)

Registrarse en APC.org