Projet Ceibal en Uruguay : la part des choses

Author's name: 
Valérie Fournier-L’Heureux
MONTEVIDEO, Uruguay

En décembre 2006, le président uruguayen Tabaré Vasquez, réputé pour ses prises de décisions unilatérales, décida de faire de son pays, d'ici 2009, le premier au monde à implanter en totalité le projet One Laptop Per Child (un PC portable par enfant), projet dont la paternité revient à Nicholas Negroponte, chercheur et professeur au MIT (Massachussett Institute of Technology). Lors du lancement de cette initiative nationale ici appelée CEIBAL, ”Conectividad Educativa de Informática Básica para el Aprendizaje en Línea” , Vasquez a souligné que les principes à la base de cette idée sont «l'équité, l'égalité des chances pour tous les enfants ainsi que la démocratisation de la connaissance».

En décembre 2006, le président uruguayen Tabaré Vasquez, réputé pour ses prises de décisions unilatérales, décida de faire de son pays, d'ci 2009, le premier au monde à implanter en totalité le projet One Laptop Per Child (un PC portable par enfant), projet dont la paternité revient à Nicholas Negroponte, chercheur et professeur au MIT (Massachussett Institute of Technology). Lors du lancement de cette initiative nationale ici appelée CEIBAL, ”Conectividad Educativa de Informática Básica para el Aprendizaje en Línea” , Vasquez a souligné que les principes à la base de cette idée sont «l'équité, l'égalité des chances pour tous les enfants ainsi que la démocratisation de la connaissance».

Un projet pilote est déjà en place dans une petite localité de l'intérieur du pays, Cardal. Un des principaux problèmes rencontrés par les écoliers de la municipalité est l'absence d'accès à un réseau dès qu'ils quittent un périmètre restreint encerclant leur école. Et même à l'intérieur de l'école, à peine une trentaine d'élèves peuvent être connectés au même moment sur un total de 150. On voit d'ores et déjà que les obstacles potentiels à la réalisation pleine et entière du projet pourraient être nombreux. L'enthousiasme sans réserve palpable au départ semble devoir être nuancé.

De gros points d'interrogation

Cette initiative à l'emporte-pièce du président en a surpris plus d'un, puisque les fonds nécessaires à la mise en place de cette proposition requièrent 10% de tout le budget de l'État dédié à l'éducation, et ce pour deux années consécutives. Martin Rivero, professeur à l'université de la République d'Uruguay et spécialiste des technologies de l'information et des communications dans le domaine du développement, considère que «tous ses fonds que requièrent le projet, des coûts relativement importants pour notre pays, pourraient être destinés à combler des besoins de base dans les infrastructures scolaires, tels locaux, matériel didactique, alimentation, etc. Ces fonds auraient aussi pu servir à augmenter le salaire des professeurs, présentement extrêmement bas en Uruguay.»

Aucune critique ne s'est élevée de plus dans les rangs de l'opposition, pourtant généralement fort rapide à ce niveau envers les prises de position présidentielles. Comme le souligne Miguel Pareano dans son article paru le 16 octobre dernier sur le site d'APCnews, cette absence de critiques peut paraître étrange à première vue, mais il appert difficile stratégiquement parlant d'aller à l'encontre d'une idée si «positive» et bénéficiant directement aux enfants. Monsieur Rivero abonde en ce sens. «ll est vrai qu'il n'y eut aucun débat public sur le sujet, et comme le souligne monsieur Pereira dans son article, peu importe la voix qui s'élevera pour critiquer le projet, elle court un fort risque d'être mal vue ou simplement ignorée. Ceci est très négatif pour la qualité de la démocratie en général, et cela ne va pas dans le sens de l'amélioration des politiques éducatives, surtout quand celles-ci touchent tous les acteurs du système d'éducation.»

La seule véritable opposition jusqu'à maintenant vient du côté des professeurs. «La conception et la mise en place du projet est en majorité entre les mains de techniciens en informatique, de technocrates. Cela réduit énormément le rôle et la participation des professeurs. Dans certains cas, ils ont été absents du débat, dans d'autres cas ils se sont opposés, comme l'illustre le retrait des Assemblés technico-professorales du conseil de consultation du projet Ceibal. Je crois aussi que le projet aura de la difficulté à être vraiment unversel. S'il peut se concrétiser à l'intérieur des délais prévus dans les zones rurales ainsi que dans les petites villes de l'intérieur du pays, je suis beaucoup pluss sceptique quand vient le temps de parler de sa mise en place à Montevideo, où l'on retrouve la moitié de la population scolaire uruguayenne. Ceci d'abord et avant tout parce que le syndicat des professeurs est beaucoup plus puissant dans la capitale et est donc plus fortement en mesure de s'opposer au projet», de rajouter le spécialiste des TICs pour le développement.

Des points positifs non-négligeables

Il faut toutefois faire la part des choses. Plusieurs conséquences bénéfiques doivent aussi être soulignées. Martin Rivero, encore une fois, souligne qu'il lui semble «très positif qu'un gouvernement national, pour la première fois dans l'histoire mondiale, mette à ce point au centre de son agenda de politiques éducatives les TICS et qu'il investisse les ressources nécessaires à sa concrétisation.» Il rajoute que l'Uruguay «est un petit pays, qui peut se trouver à être un excellent projet pilote pour tout le reste de l'Amérique latine, mai aussi pour des pays similaires dans d'autres parties du monde. Ces autres États peuvent ainsi observer comment fonctionne la réalisation du projet OLPC et ce que seront ses impacts.»

Il ne faut pas oublier les aspects plus bassement concrets. D'abord, l'Uruguay se positionne sur l'échiquier mondial comme un pays avant-gardiste dans l'imaginaire de la société de l'information. En étant précurseur dans la réalisation du projet de Negroponte, cet État se dote ainsi d'un plan de développement stratégique à long terme en s'intégrant comme chef de file au sein de la société du savoir. Tabaré Vasquez semble avoir démontré sa compréhension du fait qu'une économie basée sur l'agroexportation est chose du passé.

Martin Rivero souligne l'autre avantage plus terre-à-terre : l'argent. «Ce caractère de cobaye à l'échelle globale pourrait par ailleurs amener un plus grand financement de la part des organisations internationales tant pour la mise en place que pour l'entretien de ce projet. Les entreprises offrent par ailleurs je crois des prix très bas, tant pour les ordinateurs en eux-mêmes que pour les services qui sont nécessaires, réduisant leur marge de profit dans le but que le projet Ceibal se concrétise.» Ceci non pas par altruisme évidemment, mais fort certainement pour utiliser ensuite l'expérience uruguayenne comme carte d'entrée dans des pays au marché plus important, comme «l'Argentine et le Brésil, par exemple, et là-bas oui, engranger des profits», de croire le professeur.

Il est difficile en toute honnêteté de prévoir les répercussions à long terme qu'engendrera cette appropriation de la technologie tant pour les élèves qui en bénéficieront que sur la société uruguayenne dans son ensemble. Martin Rivero, pour sa part, pense que «la possession de laptop, tant dans les classes que dans les maisons, aura des conséquences positives sur les élèves et aussi au sein de leur famille. Par contre, il est impossible de prédire actuellement les conséquences à long terme de ce projet. Il se pourrait que cela finisse par coûter très cher tout en ayant eu un impact réel extrêmement réduit.»

«Mon opinion personnelle est que malgré les aspects négatifs précités, tout ceci peut se régler facilement ou du moins être ajusté en grandes parties. À la fin, je crois que le solde net sera positif si l'on revient à l'idée de base», de dire pour conclure monsieur Rivero.

Pour ma part, je crois que la tenue d'un débat public s'impose de toute urgence, car sans une réelle appropriation de cette stratégie éducative et développementale innovatrice par la population uruguayenne en général et par les professeurs en particuler, les retombées potentiellement bénéfiques de ce projet ne seront qu'un feu de paille.


Article de l'APC sur le projet Ceibal
Discours intégral de T. Vasquez lors de l'annonce du projet
Le site du projet One Laptop per Child
Le site du projet Ceibal

No votes yet

Registrarse en APC.org