Willie Currie quitte APC pour un régulateur sud-africain

Your rating: None Average: 4 (1 vote)

By KAH for APCNouvelles

MONTEVIDEO, Uruguay, 11 October 2010

Le 1er octobre, l’ancien directeur de politiques d’APC a été assermenté en tant que conseiller auprès du régulateur de télécoms sud-africain ICASA, après avoir été nommé par des associations du secteur privé et de la société civile. Que pense donc Willie de quitter APC après sept années de direction de notre programme de politiques? Au cours de cet entretien, Willie rappelle combien le paysage des politiques de l’internet s’est modifié depuis son arrivée à APC et parle de ce qui lui manquera le plus.

APCNouvelles : Willie, tu quittes APC après avoir dirigé pendant sept ans le programme de politiques. De quelle façon le paysage des politiques internationales s’est-il modifié pendant cette période?

Willie Currie : Le paysage des politiques internationales a changé de diverses façons. Tout d’abord, l’internet et sa gouvernance sont devenus des thèmes plus importants. Il s’agit en partie d’une réponse aux développements techniques avec la croissance de la large bande et du web 2.0, mais c’est également la conséquence d’une préoccupation de plus en plus importante de la part des gouvernements de pouvoir exercer un contrôle sur l’internet, suite à l’augmentation du terrorisme en réseau ces dix dernières années, au combat des industries de contenu concernant la propriété intellectuelle sur le web, et face à la menace pour les gouvernements autoritaires de la liberté d’expression sur l’internet.

Les politiques ont évolué principalement selon deux grandes tendances : les cinq premières années du Forum de gouvernance de l’internet, avec un espace ouvert au dialogue sur les politiques pour les différentes parties prenantes, et les progrès effectués pour faire de l’ICANN un organisme international, responsable devant la communauté internet mondiale.
De plus, la large bande est devenue un sujet prioritaire de la politique mondiale, et les implications de la politique sur les niveaux physique, logique et de contenu de l’internet sont suivies de très près. Une plus grande capacité physique signifie la possibilité de disposer d’un contenu de grande largeur de bande sur l’internet, permettant ainsi à la fois le développement de contenus multimédias créés par l’utilisateur et l’offre de musique et de vidéo, d’où le problème inhérent des droits de propriété intellectuelle.

Au niveau logique, les noms de domaine internationalisés ont également connu une grande croissance au cours de cette période, ainsi que les domaines de premier niveau génériques. De plus, la large bande a ouvert la voie à la croissance des réseaux et appareils mobiles, et a largement étendu la mobilité de l’internet. Cette expansion massive de l’internet a multiplié les menaces exercées, avec la diminution imminente des adresses IPv4 et la faiblesse de la transition à l’IPv6, ainsi que l’augmentation de l’activité criminelle sur le web, sous forme de virus, d’attaques par dénis de service répartis, de réseaux terroristes, de pornographie infantile et de guerre cybernétique soutenue par l‘État.

APC se trouve au cœur de l’engagement avec les implications politiques de ces grandes tendances, plaidant pour un internet libre et ouvert.

APCNouvelles : Dans quelles politiques APC a-t-il joué un rôle clé ces sept dernières années et quelles sont celles dont vous êtes le plus fier?

Willie Currie : APC s’est engagé activement dans la promotion de politiques de TIC multipartites à niveau mondial, régional et national. Je suis très fier de notre travail à niveau mondial au Forum de gouvernance de l’internet, à niveau régional en Amérique latine, et à niveau national dans des pays comme l‘Équateur, le Kenya et le Bangladesh, où nous avons fait la promotion de cette approche multipartite.

APCNouvelles : Quand vous avez rejoint APC en 2004, vous avez dit que ce qui vous intéressait le plus était de pouvoir travailler dans une organisation qui influence les politiques internationales et travaille également à niveau régional et national. Qu’est-ce qui vous manquera le plus quand vous retournerez travailler en Afrique du Sud?

Willie Currie : Eh bien, c’est justement cette dimension d’APC qui fait une de ses forces – pouvoir engager et soutenir des processus politiques à niveau tant international que régional et national. Je regretterai certainement le fort engagement qu’APC a réussi à obtenir en faisant participer toutes les parties prenantes dans les différents espaces politiques – les gouvernements, les régulateurs, le secteur privé et nos alliés de la société civile – avec ce formidable objectif qu’est la construction d’un internet libre et ouvert dans le monde. Mais je sens que ce travail va devenir de plus en plus complexe. La crise économique a frappé la mise à disposition des ressources financières qui permettent à la société civile de continuer à contribuer efficacement à ces espaces politiques. Un autre facteur est la revendication de plus en plus forte des gouvernements pour tenter d’arracher le contrôle de l’internet des mains des processus multipartites de délibérations de politiques et le donner à des instances inter-gouvernementales qu’ils contrôlent. Ces deux contraintes devront être maîtrisées dans les cinq prochaines années, et la société civile et ses alliés devront déployer toute leur ingéniosité en ce sens.

APCNouvelles : Cela fait longtemps que vous travaillez avec votre successeur, Valeria Betancourt. Qu’apportera-t-elle au travail de politiques d’APC?

Willie Currie : Valeria est bien placée pour reprendre en main le travail de politiques d’APC pour la période difficile qui commence. Elle a réussi à imposer les méthodes de travail d’APC en Amérique latine en se montrant pleine de ressources, fine stratège et dure au travail. Je suis persuadé qu’elle saura utiliser cette expérience dans son travail pour APC et nous faire aller de l’avant.

APCNouvelles : Avez-vous un message pour la communauté d’APC?

Willie Currie : Travailler au sein de la communauté d’APC a été une formidable expérience pour moi. Cela n’a pas toujours été facile de gérer la complexité des dynamiques, des gens et des sujets lancés par un réseau à l’avant-garde, mais le plus important pour moi reste le dévouement des membres, du personnel et des partenaires envers un internet libre et ouvert, et qui ont à cœur de s’assurer que la qualité du travail de groupe soit aussi importante que les objectifs pour lesquels nous travaillons. Vous allez tous me manquer, et je souhaite à APC une excellente continuation.

Le mois prochain, APCNouvelles s’entretiendra avec Valeria Betancourt, la nouvelle directrice du programme de politiques.

Photo : Willie Currie parle de stratégie à une réunion d’APC. APC (2009).

(END/2010)

Sign in to APC.org